Covid-19 : quelques pistes de constructions sociales suite à la crise

La crise sanitaire liée à la Covid-19 continue de sévir, plus de trois mois après la sortie du confinement. On constate même aujourd’hui un rebond du nombre de personnes testées positives, dû à un relâchement des gestes barrière durant l’été, en particulier de la part des plus jeunes. Mais surtout, la crise de la Covid-19 amène reconsidérer la construction de nos sociétés, dont les mesures de confinement ont mis en lumière la fragilité. Regard sur des propositions émises par le Ceser Auvergne-Rhône-Alpes.

Confirmer les mesures d’hygiène

Une vague d’hygiénisme a accompagné celle de la Covid-19. Lavage soigneux et régulier des mains, mise en place de gestes barrière… Ces mesures ont largement démontré leur efficacité dans la lutte contre ce coronavirus, aussi il serait recommandé de les faire perdurer par la suite, voire les renforcer. Également, leur application devra pouvoir être garantie en tout lieu.

Par ailleurs, il convient de confirmer les différentes mesures d’hygiène auprès des populations fragiles, en particulier au sein des EHPAD. Revoir la fréquence des visites et le nombre de visiteurs, renforcer les équipes médicales sur place et réorganiser l’agencement et l’architecture des établissement afin de prévenir les risques de maladies sont autant de pistes à développer dans un futur proche.

Méthodes et outils médicaux

Par ailleurs, il convient de renforcer les dispositifs de dépistages et d’adapter le parcours médical. Ainsi, le médecin traitant doit être le 1er recours pour les patients en cas de seconde vague, et les numéros d’urgence doivent être correctement distingués afin de fluidifier au mieux les interventions.

De même, une politique de dépistage à grande échelle doit pouvoir être mise en place pour favoriser une détection précoce du coronavirus. Par exemple, les plateformes régionales d’analyses biologiques Covid de Lyon et Clermont-Ferrand, en Auvergne-Rhône-Alpes, doivent fonctionner à plein régime pour mettre en place une opération massive de dépistage.

Adopter des mesures territorialisées

Afin d’éviter un nouveau confinement généralisé, il est préconisé de miser sur des actions ciblées, à échelle régionale voire départementale. Pour ce faire, le concours des instances locales sera nécessaire.

Les questions de la couverture sanitaire et de la coordination des acteurs de la santé doivent elle-aussi faire intervenir les acteurs locaux, sans pour autant dédouaner l’Etat de son pouvoir d’autorité.

S’ouvrir à une coopération à grande échelle

Au-delà d’actions territoriales pour limiter la propagation et l’impact d’une éventuelle nouvelle vague de Covid-19, il convient de coopérer à tous les niveaux et entre les différentes institutions. C’est pourquoi l’offre sanitaire de crise des hôpitaux privés doit être autant sollicité que celle des hôpitaux publics.

De même, l’accès à la réserve sanitaire doit être facilitée en vue d’alléger les processus administratifs, tandis que les unités mobiles en gériatrie notamment, doivent pouvoir être en mesure d’établir un lien rapide et efficace avec les établissements isolés.

Renforcer la lutte contre les inégalités

Enfin on l’a bien vu, la crise sanitaire de la Covid-19 n’a pas frappé avec la même intensité les régions et catégories sociales. Les populations défavorisées et les travailleurs précaires ont été durement touchés, aussi il est absolument primordial de renforcer la lutte contre les inégalités sociales. Ce afin de pouvoir, en cas de seconde vague, garantir l’accès aux droits fondamentaux aux personnes en difficulté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *